MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

Les femmes aux commandes

Françoise Deriaz, rédactrice en chef

Heureux hasard et, espérons-le, heureux présage: alors que CB donne la parole à de nombreuses femmes du cinéma suisse pour prendre la mesure de leur (in)satisfaction en matière d’égalité, la Suisse vient à cet égard de vivre des événements majeurs à cet égard. Depuis le 1er janvier, trois femmes – voire quatre avec la nouvelle chancelière fédérale Corina Casanova – vont diriger le pays avec quatre hommes. Jamais la plus haute instance n’avait donné un signal aussi fort: encore perçues comme «décoratives» par certain(e)s, les femmes font désormais autorité. Cette nouvelle distribution des cartes est d’autant plus réjouissante que l’élection historique d’Eveline Widmer-Schlumpf, première «troisième femme» au gouvernement, a chassé celui qui avait gagné son fauteuil de conseiller fédéral au détriment d’une femme (Ruth Metzler). Cette victoire, aussi légitime et historique soit-elle, ne doit cependant pas faire oublier que 67 femmes sur 246 parlementaires siègent sous la Coupole, soit 27,2 % des membres des deux Chambres. Faut-il en déduire qu’un quart des électeurs helvétiques leur font confiance? Force est d’admettre que la société peine à évoluer dans le sens de la parité et que les atavismes sont encore bien vivaces. Aux Journées de Soleure, où le Prix du Cinéma Suisse sera décerné, un seul long métrage sur les dix en lice est réalisé par une femme («Pas douce » de Jeanne Waltz). Grand pourvoyeur d’idées et de réflexions novatrices, le cinéma peut et devrait faire mieux. Une chose encore: en guise d’étrennes pour ses lecteurs et ses annonceurs, CB est désormais en couleur!

Numéro actuel  (PDF)

Sommaire n°387