MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

«Max & Co» fait l’événement

Françoise Deriaz, rédactrice en chef

Qu’un film helvétique sorte simultanément en Suisse, en France, en Belgique et en Russie n’est pas vraiment ordinaire. Que «Max & Co» soit l’aventure cinématographique nationale la plus bluffante de tous les temps relève de l’exploit absolu. De plus, tout le savoir-faire engrangé par des créateurs, producteurs et techniciens tout au long de cette entreprise titanesque donne certainement le signal de l’essor du cinéma d’animation de long métrage en Suisse. Tant de superlatifs ont généralement le don d’hérisser le poil de la critique. Mais s’il n’a pas toujours suscité l’enthousiasme de la presse sur ses terres, «Max & Co» a été bien accueilli en France. On peut ainsi lire dans Les Inrockuptibles: «Jusque-là, le dessin animé français (!) était moyennement vivace. Mais cela risque de changer grâce aux frères Samuel et Frédéric Guillaume…»; ou encore dans Le Monde: «Les frères Guillaume arrivent à l’équilibre entre le bricolage et la sophistication pour donner vie à un univers magique et fabriqué, qui émerveille comme le faisaient jadis les attractions foraines», et dans Télérama: «…avec ses personnages en latex plein d'humanité, son PDG gluant, son savant fou, et son héros courageux et futé, cette chronique villageoise ‹engagée› n’en est pas moins un parfait divertissement, cocasse et coloré, pour un jeune public... apolitique.» La partie, depuis le 13 février, se joue dans les salles.

Numéro actuel  (PDF)

Sommaire n°389