MENU FERMER

Commentaire de l'invité

Relève des acteur·trice·s, et maintenant?

Corinna Glaus / Pierre Monnard
27 septembre 2019

«Plastic Boomers», avec la volée 2019 de Jungetalente.ch

Jungetalente.ch, la plateforme destinée aux acteur·trice·s de la relève, ferme après dix éditions. Corinna Glaus et Pierre Monnard soulignent l’importance d'inventer et de mettre en place un nouvel outil poursuivant le même but.

Cette année sera la dernière pour Jungetalente.ch. C’est le cœur lourd que nous mettons fin, après dix éditions, à ce projet de soutien et de promotion, que j’ai initié avec succès il y a treize ans avec Susan Müller. Après des années d’investissement, aussi bien de temps que d’argent, les forces nous manquent pour poursuivre le projet sous sa forme actuelle.

Jungetalente.ch est né d’un besoin urgent. Les jeunes diplômé·e·s des écoles de théâtre peuvent, depuis longtemps, lors d’auditions préexamens, se présenter aux différentes scènes actives dans la place. Un instrument comparable n’existait pas dans le monde du cinéma. Notre projet a jeté un pont entre les écoles des arts du spectacle et la branche cinéma. Pour cette plateforme, des professionnel·le·s de la mise en scène ont créé 40 scènes différentes. Aidé·e·s par une équipe hyper-motivée, il·elle·s ont permis à chacun des talents mis en avant de trouver un cadre professionnel adapté. C’est ainsi que Jungetalente.ch est devenu un sigle de qualité, autant sur le plan national qu’international.  Sarah Spale, Sven Schelker, Liliane Amuat, Baptiste Gilliéron, Claudia Gallo, Marie Leuenberger et bien d’autres sont aujourd’hui des valeurs sûres du cinéma suisse. Certaines critiques ont pointé la complexité du projet, mais celui-ci n’a pas profité qu’aux 75 jeunes talents présentés lors de ses dix éditions. Chaque année, ce sont plus de 50 étudiant·e·s des métiers du spectacle qui ont pu prendre part aux castings. Dès lors, l’objectif principal du projet était rempli : rendre des acteurs en herbe visibles aux yeux du cinéma suisse. Et ces castings ont mené à bien des rôles incarnés avec brio.

Maintenant que Jungetalente.ch s’arrête, comment se dessine l’avenir ? Des exemples, au Portugal, en Irlande, au Danemark, offrent des pistes intéressantes et fonctionnelles. Là-bas, des castings transbranche sont organisés, comme lors des auditions théâtrales. Y participent des directeur·trice·s de casting, des réalisateur·trice·s, des producteur·trice·s – aussi bien internationaux·ales que nationaux·ales, car une carrière ne se lance pas uniquement dans son propre pays. Quel que soit le nouvel instrument qui verra le jour, il devra être soutenu le plus largement possible : par les casteur·euse·s, les institutions et les producteur·trice·s.

 

Corinna Glaus, Directrice de casting

 

▶  Texte original: allemand

 

. . .

 

À chaque fois que je commence à réfléchir au casting d’un projet, je consulte la plateforme Jungetalente.ch. C’est un formidable outil pour découvrir de nouveaux·elle comédien·ne·s, mais aussi pour redécouvrir des acteur·trice·s d’éditions passées. Ainsi, entre nouveaux·elles venu·e·s et anciennes recrues, mes idées s’incarnent. Ces dernières années, j’ai travaillé avec plus d’une douzaine de comédien·ne·s plébiscités par Jungetalente.ch dont, pour n’en citer qu’une, Sarah Spale, avec qui j’ai réalisé deux saisons de la série « Wilder » et mon dernier long métrage, « Platzspitzbaby ».

La disparition du site est un coup dur pour le cinéma suisse. Non seulement elle réduit à néant les efforts de deux grandes dames pour promouvoir les nouveaux talents, Corinna Glaus et Susan Müller, mais elle prive également les nouvelles générations de comédien·ne·s de l’expérience d’un tournage sous la direction d’un·e réalisateur·trice confirmé·e ainsi que de l’accès à une première bande-démo estampillée, instrument souvent décisif dans les processus de casting actuels.

Dès lors, comment rencontrer les futurs talents ? À vrai dire, je n’en ai pas la moindre idée. Certes, les réalisateur·trice·s peuvent assister aux représentations de diplôme des différentes écoles dramatiques, il·elle·s peuvent aussi visionner la vaste production de courts métrages ou encore tenter leur chance sur YouTube dans l’espoir de dénicher la perle rare, mais jamais ces démarches ne remplaceront le regard avisé de Corinna et Susan, dont l’expertise n’est plus à prouver.

Au final, les plus à plaindre ne sont bien sûr pas les réalisateur·trice·s. Les perdants sont ces jeunes talents qui restent à découvrir et qui n’auront plus la chance de partager leur envie de jouer grâce à un instrument de promotion simple et efficace. Après douze ans au service du cinéma suisse, Jungetalente.ch tire sa révérence. Merci Mesdames pour l’inspiration que vous m’avez insufflée et merci à vos 75 talents qui, grâce à vous, resteront jeunes encore longtemps.

 

Pierre Monnard, Réalisateur

 

▶  Texte original: français

ZFF Industry Talk: «Junge Talente – Eine Ära geht zu Ende» 

Beatrice Kruger, directrice de casting

Pierre Monnard, réalisateur

Sven Schelker, comédien

Sarah Hostettler, comédienne

Modération Corinna Glaus

 4 octobre, 16h30 à 18h00

The Lobby, Hotel Opera, Zurich

Vous vous interesser au cinéma suisse ?

Abonnez-vous!

Voir offre