MENU FERMER

La Jordanie renforce sa production de films

Teresa Vena
24 mai 2024

Image tirée de «The Alleys» de Bassel Ghandour © The Imaginarium

Au cours des vingt dernières années, le pays s'est imposé comme lieu de tournage pour les grandes productions étrangères et continue de développer ses propres projets, dont la portée est en pleine croissance.

À Cannes, l'Arab Cinema Center (ACC), qui s'occupe de la promotion des films de la région arabe (une organisation parallèle à Swiss Films donc), a organisé une série de discussions. Parmi celles-ci, une rencontre a été consacrée à l'évolution de la situation en Jordanie. Les dernières grandes productions hollywoodiennes tournées dans le pays sont «Star Wars» et les deux volets de «Dune». Dans ces films, c'est surtout le paysage jordanien qui est mis en valeur. «Nous avons des lieux variés à offrir pour notre taille», a déclaré Mohannad Al Bakry, directeur de la commercialisation à la Royal Film Commission Jordan, «au nord, nous sommes limitrophes de la Syrie, au sud de l'Arabie saoudite. En cinq heures, on a traversé le pays».

Les décors extérieurs ne sont toutefois pas la seule chose que la Jordanie a à offrir. Le pays dispose également de vastes studios, les Olivewood Film Studios, qui ont ouvert en septembre 2023 près d'Amman et disposent de deux plateaux de tournage et d'une surface totale de 1'500 mètres carrés. Le complexe comprend également des ateliers ainsi qu'un terrain extérieur dégagé d'une superficie de 68'000 mètres carrés. Au cours des dix dernières années, le soutien de l'État à l'industrie cinématographique a considérablement augmenté, poursuit Mohannad Al Bakry, et il existe ainsi une série d'initiatives de soutien, dont un modèle d'incitation financière généreux et la promotion de programmes de formation continue pour les professionnel·le·s locaux·ales.

«L'objectif est d'intégrer les talents locaux dans les productions internationales», a déclaré la productrice Rula Nasser, «de cette manière, ils·elles élargissent leurs compétences». Il n'existe pas encore de centres de formation officiels sur place, c'est pourquoi le travail pratique sur les projets est décisif. La création d'une école de cinéma est toutefois en cours de planification. En ce qui concerne les chiffres, la production de projets étrangers est encore largement prédominante. «Mais les films jordaniens sont de plus en plus nombreux et atteignent un public international de plus en plus important, par exemple dans le cadre de festivals», a ajouté Rula Nasser, «la Jordanie ne peut toutefois pas maintenir à elle seule sa propre industrie cinématographique». Il y a trop peu de chaînes de télévision ou de cinémas pour cela.

«Il s'agit d'élargir le public dans la région», a déclaré la productrice égyptienne Shahinaz El Akhad. Elle coproduit régulièrement avec la Jordanie. Dernièrement, elle a travaillé sur le thriller «The Alleys» de Bassel Ghandour, diffusé sur Netflix et qui a suscité une attention méritée. «Nous avons de nombreux points communs avec cette région. Nos histoires allient tradition et modernité», a déclaré Mohannad El Akhad. Comme Rula Nasser, elle pense que les pays de la région doivent se serrer les coudes, et ce, de la formation à la distribution en passant par la production. Le potentiel est énorme. «Il y a sans cesse de nouvelles salles de cinéma qui s'ouvrent», ajoute Rula Nasser, «et le besoin de films qui reflètent les réalités locales en plus de divertir est grand ».

«The Alleys», tout comme la série «AlRawabi School for Girls», également disponible sur Neflix depuis 2021, illustrent le type de contenu qu'on veut particulièrement soutenir. À un type de film qui est souvent coproduit avec l'Occident, qui a souvent du succès dans les festivals et qui répond généralement à une certaine approche esthétique et à un certain discours sociopolitique, doit être opposé à des œuvres plus commerciales. «Nous avons la chance de pouvoir montrer de nouvelles perspectives sur la région avec nos propres films. Nous pouvons contribuer à ce que la représentation de ses habitants se fasse aussi en dehors d'un discours de violence et de misère», a estimé Bassel Ghandour.

Films récents qui ont été/seront tournés en Jordanie

Outre les deux volets de «Dune», des productions européennes sont venues en Jordanie. Parmi elles, le long métrage danois de Mareike Engelhardt «Way Home», dans lequel joue Nikolaj Lie Kaas, «Mond» de la réalisatrice austro-irakienne Kurdwin Ayub et la tragicomédie «Les Barbares» de la Française Julie Delpy. 

Vous vous interesser au cinéma suisse ?

Abonnez-vous!

Voir offre