MENU FERMER

Un encadrement sur mesure

Teresa Vena
15 mai 2024

La cinéaste travaille sur son prochain film. © Laura Rubli

Alicia Mendy, diplômée de la HEAD, a été invitée sur au Festival de Cannes avec son projet de court métrage.

Avec Cinéma de demain, le Festival de Cannes regroupe sous une même bannière une série de mesures et d’instruments spécifiquement axés sur la promotion de la relève. Le programme SFC | Rendez-vous Industry est dédié à la création de courts métrages. Il se décline en deux formats, qui correspondent aux phases de développement d’un projet : Focus SCRIPT, consacré à l’accompagnement des scénarios, et Focus WiP, qui présente des courts métrages en cours de production. Focus COPRO’ s’adresse aux cinéastes qui prévoient de réaliser leur premier long métrage. 

 

Accès à un réseau

Alicia Mendy a été l’une des sept participant·e·s à Focus SCRIPT, avec son projet de court métrage « Souvenir du sable ». Elle a été invitée à Cannes sur recommandation de la Haute École d’art et de design de Genève, où elle a obtenu son bachelor l’année dernière. Le programme est réservé aux étudiant·e·s et récent·e·s diplômé·e·s des écoles d’art et de cinéma. Son court métrage « Beutset » avait été présenté en première mondiale aux Internationale Kurzfilmtage Winterthur, où il a reçu le Prix du meilleur film d’école suisse, avant d’être sélectionné dans de nombreux festivals internationaux. « Beutset » avait été coproduit par Rhea Plangg, à travers Amka Films et Lido Pictures. C’est également Rhea Plangg, propriétaire de Lido Pictures, qui se charge actuellement de la production de « Souvenir du sable » ainsi que du premier long métrage d’Alicia Mendy, en cours de développement. Les trois films ont tous un lien avec le Sénégal, pays d’origine du père de la réalisatrice.

À Cannes, les participant·e·s bénéficient de rencontres individuelles avec des expert·e·s du circuit festivalier, de la production et de la distribution, choisi·e·s en lien avec chaque projet. « Nous recherchons des partenaires et des contacts potentiels, notamment au Sénégal », explique Rhea Plangg. Les participant·e·s obtiennent ainsi un aperçu des dynamiques de l’industrie cinématographique. Outre les aspects pratiques, Alicia Mendy trouve essentiel d’avoir un retour sur le contenu de son scénario. « Je veux savoir si l’histoire est cohérente et accessible », explique-t-elle. La réalisatrice a une prédilection pour les films de genre et le fantastique. Son film emprunte le point de vue d’un enfant pour raconter un processus de deuil dans lequel sont impliqués des êtres magiques. 

Vous vous interesser au cinéma suisse ?

Abonnez-vous!

Voir offre