MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

Fragile retour à la normale

 

« Depuis quelques années, on a l’impression que le cinéma classique est sur le déclin. [...] À l’origine, faire des films était synonyme de faire du cinéma. Or depuis quelque quarante ans, nous observons que les films s’éloignent des cinémas. La possibilité de voir des films en ligne s’est si massivement développée que nous ne pouvons plus compter sur le rétablissement du marché des cinémas. »

Ce sont les mots du cinéaste allemand Edgar Reitz dans un essai pour l’hebdomadaire allemand Die Zeit du 4 juin. Il pense même que les grands festivals auront du mal à justifier leur existence : « Pourquoi les festivals ne devraient-ils pas tous avoir lieu en ligne à l’avenir ? » Cette question est bien sûr d’ordre rhétorique dans la bouche du cinéphile allemand. Il est néanmoins persuadé que « la grande crise qui s’annonce pour le cinéma » rend une réinvention de l’industrie indispensable. Il propose par exemple d’explorer des formes d’exploitation alternatives, des formats innovants, des modèles de coopération avec les fournisseur·euse·s d’accès en ligne ou encore de nouveaux concepts architecturaux et d’aménagement pour les salles. Ce sont des propositions de la part d’un cinéphile persuadé que l’espace déconnecté et l’expérience esthétique du cinéma nous permettront de redevenir des individus uniques.

Anaïs Emery et Lili Hinstin ont dû elles aussi se poser des questions similaires. Les deux directrices artistiques du NIFFF et de Locarno préparent des éditions en ligne de leurs festivals respectifs, et doivent acquérir de nouvelles compétences non seulement en tant que curatrices en ligne, mais encore sur les aspects juridiques du streaming. Ce faisant, elles doivent déjà se demander quelles offres pourraient perdurer après le Covid.

Doris Senn et Mischa Schiwow examinent les points positifs et négatifs d’un festival en ligne. La journaliste cinématographique et le directeur d’une agence de promotion font part dans une tribune de leurs expériences différentes de l’édition en ligne que Visions du Réel a organisée pour remplacer cette année le festival.

En attendant, les salles suisses abordent la réouverture en tout pragmatisme, avec des distributeurs de désinfectant, des marquages au sol et les règles de distanciation habituelles. D’autres domaines aussi trouvent un retour à la normalité, certes précaire. Nous avons consacré un article au plan de sécurité prévu pour la reprise des tournages de fictions et de séries.

Savourez votre visite au cinéma ! Dans l’obscurité, on oublie vite les règles de distanciation et autres mesures incommodantes.

Kathrin Halter

Numéro actuel  (PDF)