MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

Numéro 500

Dans une semaine, nous saurons enfin où nous en sommes. Nous pourrons pousser un soupir de soulagement – ou au contraire nous mettre au travail. Dans le pire des cas, une acceptation de No Billag, il faudra mettre sens dessus dessous tout le modèle de l’encouragement du cinéma en Suisse, trouver des solutions d’urgence (notamment pour les projets qui comptent sur un soutien de la SRG qui ne pourra plus être versé), improviser. En tout cas, repenser certaines évidences anciennes.

On connaît les chiffres : huit des dix films suisses qui ont connu le plus grand succès en 2017 étaient soutenus par la SSR. Grâce au Pacte de l’audiovisuel et à d’autres accords, ce sont chaque année environ 40 millions de francs qui alimentent le cinéma suisse – soit environ un tiers du montant total de l’encouragement. « Si l’initiative est acceptée, le 5 mars, nous mettrons un terme à toutes les coproductions, et serons obligés de voir avec nos partenaires du Pacte comment nous désengager du contrat », explique Sven Wälti dans le Tagesanzeiger. Il faudra aussi décider du sort des contrats en cours entre la SSR et différentes maisons de production – or il y en a plusieurs centaines !

Mais il faut aussi s’attendre à des changements si l’initiative est rejetée – ce qui heureusement semble plutôt être la tendance – notamment à des économies du côté de la SSR. Reste à savoir quelle forme elles prendront. Quelle que soit l'issue du scrutin, Cinébulletin reprendra la discussion dès le lendemain.

À propos de Cinébulletin: vous tenez entre vos mains le 500ème numéro. Nous avons renoncé à sortir une édition spéciale, puisque nous avions abondamment fêté les 40 ans de la revue il n'y a pas si longtemps avec une série de textes d’anciens rédacteurs et rédactrices en chef.

Au lieu de regarder en arrière, allons donc plutôt de l’avant. Pour commencer, nous sommes en train de complètement reconstruire notre site internet – nous vous tiendrons au courant. Par ailleurs, nous sommes heureux que la composition de notre rédaction reste inchangée. Le travail en équipe est fluide et les discussions sont enrichissantes. Quiconque a vu « Le quatrième pouvoir » (« Die vierte Gewalt ») de Dieter Fahrer saura apprécier à quel point cela est précieux à une époque où la numérisation, les restructurations et la pression économique font la vie dure aux maisons d’édition. Cinébulletin contribue aussi à la diversité médiatique appellée de toutes parts. Nous en sommes persuadés.

Nous vous souhaitons bonne lecture – et n’oubliez pas de voter !

Kathrin Halter et Pascaline Sordet 

Numéro actuel (PDF)