MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

Le choix de l’optimisme

« L’année 2015 a été une année intense et décisive; avec le Message Culture, nous avons dû définir une nouvelle politique tout en maintenant nos acquis et je m’en réjouis. Je suis optimiste pour la suite, mais il ne nous faudra pas rester en veille. » C’est ainsi qu’Isabelle Chassot a ouvert la traditionnelle séance d’information à la branche cinématographique qui s’est tenue à l’occasion des Journées de Soleure. L’année dernière a été intense. C’est le moins que l’on puisse dire. Et les quatre prochaines années, comment comptent-elles se tenir ? J’ai toujours été d’un naturel optimiste, alors sur le principe, je serais tentée d’être de l’avis de la directrice de l’Office de la culture (en restant sur mes gardes, comme il est dit). Cependant, le 28 février prochain, nous allons une fois de plus passer aux urnes. Et même si l’optimisme me ferait dire que le peuple ne fera pas deux fois la même erreur, cette portion de mon esprit restée sur ses gardes a bien peur que cela ne nous pende au nez. Vous trouverez dans ce numéro de février-mars les annonces de la section cinéma de l’OFC donc, mais pas seulement. Car si à Berne, il est pour l’heure difficile de parier sur l’avenir en ce qui concerne nos relations avec l’Europe, Stefan Haupt, quant à lui, lance un appel franc et clair: «Votez ! ». C’est dans le cadre de notre nouvelle rubrique « Le commentaire de l'invité » que le cinéaste prend la parole. Celle-ci deviendra un rendez-vous régulier à retrouver dans votre revue. Une plate-forme où pourront s'exprimer des opinions libres sur des questions parfois controversées. Et puis ce mois-ci, on vous parle également de la campagne menée par Beat Käslin directeur de l’Arthouse Commercio Movie AG et membre de l’Association Suisse du Cinéma d'Art (ASCA), dans le but de promouvoir les projections de films en version originale sous-titrée. Une large majorité de jeunes en Suisse pré- fèrent en effet les version doublées, un doublage qui selon beaucoup dénature une oeuvre et abîme le travail de l’acteur. Enfin, c’est à la question du genre que nous avons choisi de nous intéresser ce mois-ci. Une table ronde intitulée «Gender Equality Tools for the Swiss Film Industry» s’est déroulée durant les Journées de Soleure et ses intervenantes sont revenues sur l’enquête intitulée «La question du genre: faits et chiffres dans l'encouragement du cinéma suisse », présentée un an auparavant. Nicole Schroeder, (Focal) et Ursula Häberlin (ARF/ FDS) ont donc convoqué un Think Tank constitué d’expertes suisses et internationales. Elles ont débattu avec les réalisatrices suisses Sabine Boss et Andrea Štaka des solutions pour promouvoir l’émancipation des femmes au sein du cinéma suisse. Nicole Schroeder que l’on retrouve également en interview dans ce numéro. Elle nous parle du lancement en janvier dernier de SWAN, le Swiss Women’s Audiovisual Network -petit apparté tout personnel au passage, pour souligner que la rédaction en chef de «Cinébulletin» est depuis trois ans maintenant 100% féminine… Cela étant, il est temps pour moi de quitter «Ciné- bulletin». Je vous remercie de votre fidélité et souhaite à «CB» un futur éclatant. J’ai commencé il y a trois ans avec la tâche conjointe de relancer la revue sous une nouvelle forme et de créer un site Web vous permettant de retrouver 40 ans d’archives de «CB» et de découvrir les nouveautés de la branche. Je pars donc sereine, fière d’être arrivée au bout de ce passionnant challenge. Auf Wiedersehen!

 Winnie Covo 

Ps. N'oubliez pas que dès le prochain numéro de «Cinébulletin», les pages roses ne feront plus partie de votre revue. Toutes les communications , les encouragements, les informations relatives aux films suisses à l'affiche et en production, l'agenda des festivals ainsi que les tableaux box-office seront disponible en ligne sur notre site www.cinebulletin.ch.

Numéro actuel  (PDF)

Sommaire n°484