MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

En suivant l’hirondelle

«Die Schwalbe » (« L’Hirondelle ») de Mano Khalil ouvrira le bal. Le film d’ouverture des Journées de Soleure est aussi la seule fiction nominée pour le Prix de Soleure (en compétition avec huit documentaires). Cette année, le programme compte 187 films et les festivités commencent tout bientôt:le 21 janvier débutera la manifestation. Nous nous intéressons bien entendu surtout aux premières, dont le documentaire de Werner Schweizer « Offshore – Elmer und das Bankgeheimnis » (voir le « CB » 479) ou « Der grosse Sommer » de Stefan Jäger, le dernier film dans lequel a joué Mathias Gnädinger, ou encore «Dedications » : ce film essai inachevé de l’artiste cinéaste Peter Liechti, décédé le 4 avril 2014, sera présenté à Soleure en première mondiale, sous forme d’une installation, d’une lecture filmée et d’un livre. Nous avons demandé à la monteuse Tania Stöcklin de décrire pour «Cinébulletin » le développement de ce projet dans lequel elle était impliquée. Ce qu'elle fit dans un texte dont la nostalgie reflète sa longue amitié avec Liechti. Notre numéro spécial Soleure contient également les portraits de deux personnalités : celui d’Ursina Lardi, la grande actrice de théâtre et de cinéma à laquelle le festival consacre cette année sa «Rencontre », et celui d’Antoine Jaccoud, scénariste notamment d’Ursula Meier, lauréat cette année du «Prix d’honneur ». Mais les Journées ne sont pas seulement l’occasion de se tenir au courant de l’actualité cinématographique ou de se remémorer son passé récent. On y apprend également ce qui attend l’industrie et les défis sur lesquels elle devrait se pencher de plus près. Parmi ceux-ci figurent les difficultés rencontrées par les films suisses dans les festivals internationaux, et cela pas seulement depuis la suspension des accords Media. «Meet the Festival » permet de découvrir comment les responsables de programme de quatre des festivals internationaux les plus importants sélectionnent les films. Un autre rendez-vous professionnel présente l’élargissement de l’encouragement au cinéma de la région bâloise. Nous présentons ici ce nouveau modèle, sans perdre de vue la rivalité qui oppose aussi les promoteurs régionaux – et pas seulement suisse allemands. Et nous y relevons ce que les professionnels ne doivent pas perdre de vue dans cette évolution. Les événements professionnels sont listés dans notre agenda situé au cœur de la revue. Vous y trouverez également toutes les premières, notamment celles des films qui pourront être nominés pour le Prix du cinéma suisse. Je vous souhaite des Journées de Soleure enrichissantes,

Kathrin Halter

Numéro actuel  (PDF)

Sommaire n°483