MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

Le cinéma sous la pression numérique

Françoise Deriaz, rédactrice en chef

Entre cinq et dix ans estiment certains tandis que d’autres affirment que distribution et exploitation auront tiré un trait sur le film argentique entre cinq et sept ans seulement. Cela quand bien même la qualité de la norme adoptée outre-Atlantique (2K) laisse encore à désirer (voir article page 26). Que l’on se rassure quand même: cette résolution est supérieure à celle des projecteurs pour la publicité récemment installés dans la plupart des salles suisses avec un coup de pouce de l’Office fédéral de la culture, qui sont quand même utilisés pour passer des documentaires. Sous la pression du marché américain, l’avènement de cette technologie encore perfectible a déclenché le branle bas de combat depuis quelques mois dans le milieu de la distribution et de l’exploitation A la clé: la réduction du coût des copies en nombre. A raison de 60 millions de francs pour toute la Suisse (100'000 francs par salles), la facture du numérique s’annonce par ailleurs salée. Qui mettra la main à la poche? Distributeurs et exploitants vont-ils unir leurs efforts, voire solliciter l’Etat?... Pour la Confédération – si elle entre en matière – ce sera peutêtre là l’opportunité de fixer la barre de la diversité de l’offre encore plus haut. Peut-être aussi l’occasion d’élargir l’accès à la culture cinématographique de la jeunesse – sujet d’actualité sur lequel nous reviendrons dans CB.

Numéro actuel  (PDF)

Sommaire n°378