MENU FERMER

Abonnez-vous CHF 55.- par année seulement

Editorial

Les enfants d’abord

Françoise Deriaz, rédactrice en chef

Si tous les regards se focalisent aujourd'hui sur les premières prestations de Nicolas Bideau dans son nouveau rôle de chef de la Section du cinéma et sur le renouvellement des régimes d'encouragement dont il a hérité, un aspect important de la vie cinématographique suisse est totalement ignoré. Soutenir la production suisse, conjuguer films d'auteurs et comédies populaires pour conquérir le public helvétique est évidemment essentiel, mais se préoccupet- on vraiment de perpétuer le goût du cinéma de qualité chez les spectateurs de demain? Certes, le club de cinéma pour enfants La Lanterne Magique fait un boulot de sensibilisation formidable, mais quand Vincent Adatte, son codirecteur, constate avec inquiétude que le marché du film pour enfants – cinémas et DVD confondus – est presque exclusivement investi par des productions américaines formatées et infantilisantes, il y a lieu de tirer la sonnette d'alarme. Les films pour enfants de qualité existent pourtant. Moyennant un coup de pouce aux distributeurs téméraires, les familles pourront enfin choisir entre la dernière niaiserie spectaculaire ou un film de création imaginatif et poétique aujourd'hui quasi introuvable (voir article en page 20). La cinquantaine de signataires d'un Appel des cinéastes documentaires constatent aussi avec inquiétude le recul des montants attribués aux documentaires de cinéma depuis 2001 (voir article en page 1). Seront-ils rassurés par la promesse de Nicolas Bideau de maintenir le crédit actuel et d'assouplir le règlement sur le démarrage des tournages? Certainement soucieux de trouver des solutions adaptées aux nécessités du cinéma documentaire comme à l'ensemble de la production helvétique, les «appeleurs » apportent une contribution éloquente à la réflexion en profondeur qu'exige le renouvellement des régimes d'encouragement.

Numéro actuel  (PDF)

Sommaire n°361